web analytics

L’AILLEURS S’ÉTEND

LO LEJANO SE EXTIENDE

Avec les poèmes de

LAURENT BOUISSET / ROSA CHÁVEZ / REGINA JOSÉ GALINDO / LUIS CARLOS PINEDA

L’ouvrage met à l’honneur la poésie guatémaltèque et ses voix contemporaines, ses luttes et ses envies.

L’ouvrage combat, par-delà la difficulté d’exister à travers les mots, les errements d’un monde toujours tangible, qui consacre notamment les violences physiques ou symboliques faites aux femmes, et la « dépression sanguinaire » qui tous, nous anime.

Pour chaque arme que tu brandiras
nous ferons cent dessins
Pour chaque balle perdue
cent poèmes
Pour chaque balle trouvée
cent chansons.

Et ce refrain se renforce au moyen des trois langages (l’espagnol, le français et l’image), chacun « étranger à soi », se complétant dans l’écho de l’autre, offrant un « chez soi » qui couvre l’étendue des frontières et pôles qui délimitent notre existence :

Il existe une raison d’écrire
Une raison de dire : je suis tout un jardin
De crânes et de fleurs.

Plastiquement chaque poème est devenu image (les textes sont des tirages photo et non des impressions), mettant en avant le rapport dialectique de l’art visuel avec la littérature.

Il a également été conçu comme un « tableau à lire » : couverture et dos sans titre et disponible avec un cadre
un cadre pour y mettre le tableau et le lire lorsque bon vous semble.

Sont également disponibles toutes les pages du livre en feuilles libres (une image au recto, un poème au verso), afin de pouvoir les mettre à votre guise dans le cadre… au total 24 images… 24 tableaux… (avec les 2 images de couvertures).

NICOLAS GUYOT // L’AILLEURS S’ÉTEND – LO LEJANO SE EXTIENDE

Format 20×20 broché, papier texturé 160g
Livre bilingue traduit par Laurent Bouisset

ISBN : 979-10-97210-02-1

Livre seul : 20 €
Livre + cadre : 35 €
Livre + cadre + tous les visuels du livre : 50 €

COMMANDER

Le cadre est assez large pour tenir sur lui même et possède également un système d’accrochage mural.


LES AUTRES LIVRES

Poubelles
Les chants de Maldoror
Un coup de dés jamais n’abolira le hasard