web analytics

c’est écrit

Il arrive que l’atelier accueille des ateliers d’écriture, ou que l’on propose à des élèves de collège d’écrire avec les œuvres en support, certaines fois se sont des plumes qui écrivent sur l’ensemble du travail, ou bien encore des écrits spontanés…

Cette page présente les textes qui ont pu être glané ou transmis. Un grand merci aux autrices et auteurs pour les honneurs de leur mots…


GUYOT VIT ENTRE

par

Laurent Bouisset

guyot vit entre  

au milieu ? je ne crois pas

pas non plus beaucoup de lignes droites ou de symétrie dans ses œuvres

je ne vois pas de centre

Lire la suite…

IMAGENES DE LO INSODABLE

par

José Manuel Torres Funes

Très éloignées des canons photographiques contemporains, ses images sont exemptes de l’incandescence de la photographie digitale. L’aspect brillant, la lumière artificielle n’ont pas leur place dans ses photos, qui fuient les artifices visant à impressionner l’œil, parce qu’elles cherchent à atteindre le cerveau et les sens,

Lire la suite…


Alter Echo

ALTER ÉCHO par Clarence Massiani

La lumière est au bout

Cachée derrière le mur,

Cachée derrière le noir,

Cachée mais devinée,

Lire la suite…

MÂNES BLANCHE par Marie Guille

Je face au matin. Un matin de mots. De bonne heure. Entre deux sommeils, comme si je était assise entre deux soleils. Et ce creux, ce creux au cœur, grand comme des marées blanches. Blanches comme des marées hautes. Hautes comme des marées d’océan. L’océan qui a envahi je, la moindre parcelle d’os, de ligament, de chair dans la chair, c’est l’océan blanc, celui de l’oubli. Lire la suite…

TEMPS MORT par Delphine Eyraud

Yo vi de una garza mora dándole combate a un rio

Asi es como se enamora tu corazón con el mio

Peut-on ouvrir le réel comme on écarterait l’eau du plat de la main ?

Son corps est devenu lourd trop encombrant

Lire la suite…

FACE CACHÉE par Amália Cardoso

Limon
C’est peut-être un dimanche et ses lèvres au bord de tomber
on n’a pas envie de voir
on se résout à regarder ailleurs ou aller plus loin
l’odeur de l’étang remonte sur le rivage,
il y a l’empreinte de son visage
Lire la suite…

PARTIR ICI par Laurence Orlandini-Terrieu

Et le faire, ce pas qui manquait.

S’en sentir balloté, traversé d’un air vide

Et en douter toujours, de cette apesanteur

Se voir aspiré loin de soi, comme on oublie

Et les laisser agir, ces fluides sur la peau.

En tous sens suspendu au vent des éléments

Lire la suite…

LE VEILLEUR par Emmanuelle B.

Peux-tu rester là, en équilibre, sur le fil?
Avancer, c’est entrer dans l’ombre, le froid, perdre la lumière,
Reculer c’est se brûler les ailes, se brûler les yeux, être aveuglé,
Tu as oublié depuis combien de temps tu es là, à hésiter entre ombre et lumière, entre fraîcheur et aveuglement,

Tu peux faire un pas de côté, tu resteras sur le fil, peut-être verra tu l’ombre froide et la lumière brûlante sous un autre angle, peut-être…

Lire la suite…

PENSÉE PROU(E) par Nathalie Brunelot

Flux. Flou. Mes yeux regardent.
Mes yeux cherchent à comprendre. Ils ont oublié les mots qui efface les blancs des pages. Les mots creusent des creux et sans terre dans les blancs. Après, les yeux qui les cherchent ne trouve plus rien. Les mots ne sont plus en point de mire. Point d’admire.

Flux des mots enfouis dans le flux des eaux. Et j’appelle ma langue tournante. Sept fois. Les mots se mélangent.

Lire la suite…

NORIZON par Claire Escuillié

Pliures fragmentées sur voiliers qui s’effacent

Mon esprit étouffe par l’oubli

Emmuré dans un présent inconfortable

Il ne se souvient plus des livres lus

Lire la suite…

SI EN SA TORSION DE SIRÈNE par Aude Fabulet

D’où vient la vague?

Le ciel me dessaisit, souvent

Petites bulles mentales qui partent en fumée

Lire la suite…

SILENCE par Anne Malbosc

Un homme se retourne. Silence. Silence et solitude. Derrière lui, des brumes froides, un monde qui s’estompe. On devine des forêts glacées, blanc et noir. Dessus, tourbillons, gris, denses, lourds.

Que voit-il ? Un paysage de désolation sans doute.

Lire la suite…

MINOTAURIA par Florence Mourlon

Je l’appellerais Minotauria.

D’elle je ne saurais que peu de choses.

Qu’elle aurait été placée très tôt dans une casa de copii, une maison d’enfants.

Lire la suite…